ACAT AUVERGNE 133 av de la république - 63000 Clermont Ferrand-Tel: 0473982777 Tous droits réservés Acat Auvergne -2020 / France - contact@acatauvergne.fr
Acat Auvergne   Association loi 1901
Rencontre du groupe ACAT-Vallée du Gier avec les jeunes de l'aumônerie
Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture - Région Auvergne
       Itec-Média.
Rencontre du groupe ACAT-Vallée du Gier avec les jeunes de l'aumônerie - 17/01/2020- Vendredi 17 janvier, notre équipe Acat-Vallée du Gier était conviée à une rencontre avec les jeunes de l'aumônerie dans leur local du quartier du Grand-Pont à Rive de Gier. Après un tour de table, nous avons présenté l'ACAT, ses moyens d'action, leur impact puis pour mieux visualiser sa présence dans le monde, les jeunes ont placé sur une planisphère des étiquettes avec les noms des pays membres. Ceci a permis notamment de faire émerger l'importance des pays d' Afrique. Ensuite, temps fort de cette soirée , le jeu « un pas en avant », la peine de mort et la pauvreté aux USA (édité par l'ACAT). Son principe ? Se mettre dans la peau de personnes habitant les USA, de toute condition sociale et susceptible d'être un jour passible de la peine de mort. Pour cela, chacun reçoit une carte de personnage, la conserve et doit s’imaginer quel genre de vie a son personnage. Les participants (jeunes et adultes dont le père Bernard Tordi de la paroisse) sont disposés en ligne et l'animateur lit des énoncés de situations ou d’événements. A chaque fois, qu'ils peuvent répondre « oui » pour leur personnage, ils doivent avancer d'un pas. Dans le cas contraire, ils restent sur place. Leur avancée figurant une approche vers l'exécution . L'objectif est de permettre une prise de conscience de l’incidence des inégalités sociales et économiques sur l'accès à un procès équitable et le risque de la peine de mort. A la fin du jeu, chacun a lu à voix haute sa carte et a pu dire ce qu'il avait ressenti : certains ont fait remarquer qu'ils cumulaient les handicaps et avançaient très vite alors que d'autres ne bougeaient pas. Ils ont bien accroché et ceci pourra, nous l'espérons favoriser une réflexion. L'échange s'est achevé par une prière commune ainsi qu'un repas partagé.                                                                                                                                                                                                                                                                                       Françoise Bony et Martine Ollagnier